Jusqu’en 1940, les surréalistes ne cesseront en effet de revendiquer la primauté du groupe sur l’individu, notamment parce que selon eux la création collective remettait en cause la primauté de l’ego et ouvrait ainsi la voie à des nouvelles possibilités artistiques, où l'individu tendait à disparaître.

Certaines oeuvres collaboratives actuelles, comme Traces, ont pour principe la création collective, étant la résultante d'un ensemble d'actions individuelles rendues évidentes et instantanées par les nouveaux médias, dont Internet.

Imaginez ce que les surréalistes auraient pu inventer avec l'art numérique !

A lire ailleurs :
• Présentation de l'exposition La Subversion des Images au Centre Pompidou
Parcours de l'exposition